Les sites de rencontres communautaires sur Internet: Rencontres à la carte

Publié le par Muriel

WEB_RENCONTRES.jpg

Dominique Wolton, Directeur du laboratoire “Communication et politique” du Centre national de la recherche scientifique français (CNRS) et auteur de Internet et après? Une théorie critique des nouveaux médias, nous avait il y a déjà dix ans, mis en garde.

Le “village global” a priori permis par Internet, et que tant de théoriciens du progrès s'amusaient alors à vanter, ne serait qu'un mirage, fruit d'une outrancière idéologie technique, non concomitante à la réalité sociale. Pire encore, le chercheur nous avertissait du risque qu'il y avait que la communication médiatisée accroisse l'individualisme et les relations à la carte. C'est aujourd'hui chose faite!

Il suffit pour en convenir de surfer sur le web à la recherche de sites de rencontres.

Au-delà des interfaces ouvertes à tous, on peut tour à tour tomber sur mariage-musulman.com pour “un mariage halal”, meetarabic.com pour rencontres arabes, blacklub.com “le site 100% black”, noulove.com pour les “blacks, blancs et métis sérieux”, mariage-chrétien.com pour “partagez ses valeurs chrétiennes”, feujworld.com pour des rencontres entre juifs.

Et ça n'est pas tout. On peut aujourd'hui trouver l'âme sœur en fonction d'autres critères, bien plus étonnants. Les sites droite-rencontre.com ou gauche-rencontre.com permettent de choisir sa moitié en fonction de ses penchants politiques. On trouve aussi des interfaces comme eurochallenges.com où l'on peut choisir par nationalité, taille, poids, signe astrologique...

Enfin, derniers nés, les sites multicritères tels que gay-droite.com ou gay-gauche.com, ont pour slogan: “On est déjà d'accord sur un point!”.

Internet permet aujourd'hui des rencontres choisies, et exacerbe le besoin humain mais astreint dans la réalité, d'aller vers le “connu”. Internet a noyé le rêve du “village global”, laissant l'individualisme et la rencontre à la carte supplanter les solidarités, le partage culturel et le joli hasard des rencontres et du mélange. Vers quel monde compartimenté allons-nous donc?

Muriel Tancrez / paru dans le journal aufait du 21 juillet 2010

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article