La leçon d'un volcan

Publié le par Muriel

Depuis quelques jours, 6.793 milliards de Terriens respirent - non sans mal - au rythme du souffle ininterrompu et du nuage de cendres voyageur d'un volcan en colère situé dans un pays d'à peine 103.000 km² et 320.000 habitants, l'Islande.

Un bien petit pays - dont le nom signifie littéralement “terre de glace” - qui vient pourtant à son insu de mettre le feu à l'organisation de notre quotidien mondialisé, de Pékin à New-York, de Kiev à Johannesbourg.

Des passagers bloqués dans les aéroports, d'autres obligés de trouver un moyen de subsister dans l'attente d'un retour, des touristes déroutés, des rencontres au sommet reportées, des festivals tronqués... autant de quotidiens chamboulés et de milliards perdus pour de nombreuses entreprises.

En bref, depuis six jours, la planète Terre semble immobilisée dans son organisation routinière, que chaque Être humain s'affaire quotidiennement à préserver.

Pourtant, tout ceci n'est qu'illusion, car c'est l'Homme moderne qui est immobilisé, comme pris de panique, car la lenteur - depuis bien longtemps - n'est plus à la mode. L'Homme moderne a peur du lent comme il a peur du vide. Il aime rester joignable en toute circonstance, pianoter ses emails plus vite que son ombre sur son Iphone, duquel il consulte évidemment Facebook. Dans le même temps, notre planète la Terre, elle, semble respirer soudain et jouir de ses droits.

En clouant au sol les avions, retardant la livraison de la marchandise X et la signature du marché Y, elle nous montre qu'à vouloir la dompter, nous avons avant tout oublié qu'elle était là bien avant nous (et subsistera d'ailleurs peut-être après) et que face à elle, nous sommes bien peu de choses.

Notre Terre nous rappelle aussi qu'Internet, les avions supersoniques, les messageries instantanées et les smart phones n'ont pas tant - avec leur avènement - aboli les distances. Elle nous rappelle, enfin, qu'à vouloir aller trop vite, nous avions perdu la faculté d'agir et de réagir sans nos joujoux favoris.

En somme, depuis six jours et peut-être pour de nombreux autres à venir, un volcan sur un petit bout de Terre est en train de nous faire la leçon. Une leçon d'humilité, au service de l'humanité.

(Billet d'humeur paru dans le quotidien aufait - 19 avril 2010)

Publié dans Chroniques

Commenter cet article