Foire aux bestiaux

Publié le par Muriel

Prenez 16 pseudo célébrités en mal de popularité et prêtes à jouer aux apprentis fermiers quelques semaines. Donnez leurs une association à qui reverser leurs gains. Prenez également un lodge douillet censé jouer le rôle d'une ferme africaine « aux conditions spartiates ».

Prenez ensuite, ces mêmes stars prêtent à faire d’aimables rencontres avec les autochtones (non, non ça n’est pas du folklore !). Prenez, encore, une réserve naturelle d'Afrique du sud entre Johannesburg et Durban. Et prenez, enfin, un sacré bon prétexte pour en faire de la télé réalité (de l’audimat et de l’argent) : la cause humanitaire !

Ces ingrédients réunis, malaxez en prenant précaution d’ôter tout résidu d’intelligence et ajoutez un zeste de corps huilés et musclés, ainsi qu’une touche d’érotisme (ça marche toujours). Vous obtiendrez la recette miracle de La ferme célébrités en Afrique, troisième opus du nom.

Telle est l’émission de télé réalité de TF1 (Endemol), lancée depuis le 29 janvier dernier et qui connaît déjà un grand succès. Et pour cause : cette année, La Ferme, possède pour grande nouveauté (et avantage attractif) le fait d’envoyer des stars en Afrique.

L’Afrique, continent jugé opportun par Endemol car perçu dans les consciences collectives comme démuni à souhait et permettant à ses célébrités bénies par la vie de montrer le fond de leurs bonnes âmes. De l’exotisme à foison, un moyen pour ces stars « has been » (Surya Bonaly, David Charvet, Jeane Manson…) de faire leur promotion, et surtout pour la production de s’enrichir sur le dos de l’Afrique en se donnant le beau rôle !

Ainsi, avec cette « Foire aux bestiaux » - où l’on ne sait plus qui de l’Homme ou de l’animal est la bête -, la télévision française tombe plus bas encore dans les abysses de la médiocrité télévisuelle (et c’est peu dire) ! Si l’intérêt est véritablement caritatif, n’aurait-il pas mieux valu reverser l’argent investi dans l’émission directement aux associations locales ? Faut-il forcément des étoiles pour s’intéresser à la misère ?

Publié dans Chroniques

Commenter cet article