Rencontre avec Solomon Burke, le roi du Rock'n Soul: "Être là, au Maroc pour la première fois, est tout simplement extraordinaire"

Publié le par Muriel

Mawazine accueillait, hier soir, le légendaire chanteur de gospel et de rhythm'n blues américain Solomon Burke, pour son premier concert au Maroc. Méconnu au Royaume mais artiste à la carrière internationale, pionnier de la soul aux côtés de Ray Charles, il est de ces chanteurs à la carrière longue et prolifique qui a su garder ses valeurs. Rencontre avec un monument de la musique, tout en proximité et sincérité, bien loin des paillettes du star system.

Vous avez débuté votre carrière comme prêtre, vous chantiez à l'église avec votre père. En 2000, vous avez même été invité au Jubilée de la famille au Vatican. Que représente pour vous la religion dans votre vie, votre musique et, aussi, votre carrière?


La religion est dans ma vie, dans ma carrière et ma famille. Autour de moi, tout est touché par le pouvoir de Dieu. Dieu a toujours été très bon avec moi. J'ai commencé ma carrière en 1954, au tout début de l'industrie musicale. Aujourd'hui, presque soixante après, nous pouvons voir le miracle de la musique, cet incroyable langage. Grâce à cette industrie, j'ai pu enregistrer des albums, devenir une légende et atteindre les étoiles. Être là, aujourd'hui avec vous et dans ce pays, c'est tout simplement extraordinaire. C'est ma première fois au Maroc et c'est une extraordinaire première fois. Je suis là avec une partie de ma famille, enfants et petits enfants, et ces moments -même courts- seront gravés dans mes pensées et dans mon coeur pour toujours. Le peuple marocain est très spirituel et j'aime ça.


Vous avez chanté avec de nombreux artistes lors de multiples duos. A présent, avec lequel des artistes aimeriez-vous tenter une aventure musicale inédite?


C'est une question très spéciale. Mon rêve a toujours été de chanter avec Aretha Franklin, mais je n'en ai jamais eu l'opportunité. J'aimerai, sinon, écrire un jour une chanson en hommage à cette grande artiste. Je l'ai vue, une fois, sur scène et j'étais vraiment heureux et j'ai dû me pincer pour y croire. (rire). C'était vraiment magnifique de l'avoir en face de moi.


L'an passé, par contre, Ben Harper, Eric Clapton, Jesse Harris et Keb'Mo' ont écrit des chansons spécialement pour vous, pour votre album Like a fire. Comment est née cette idée et comment s'est passée cette collaboration?


Ce sont d'incroyables artistes et des musiciens fantastiques. Ils ont écrit ces chansons pour moi d'après une idée d'Eric Clapton, qui est un incroyable compositeur. Et j'ai réalisé qu'ils avaient composé ces chansons avec énormément d'amour. Je leur ai donc dit merci. Merci pour ces chansons, et merci également d'être avant tout mes amis.


Vous préparez actuellement un nouvel album avec le producteur et artiste Willie Mitchell. Pouvez-vous revenir quelque peu sur ce nouveau projet musical, mais aussi sur sa date de sortie?


Oui, bien sûr, nous avons justement fini cet album la semaine passée. Je suis très excité à l'idée de sa sortie prochaine. C'est un projet très spécial dans lequel je reviens sur certains des grands moments de ma musique. De fait, je suis vraiment très impatient qu'il sorte.


On peut dire que vous êtes un artiste particulièrement prolifique. Entre 1954 et 2008, vous avez produit quelque 34 albums qui ont tous connu le succès. Aujourd'hui, quel regard portez-vous sur ce passé et l'ensemble de votre carrière?


Quand je pose mon regard sur l'ensemble de ma carrière, je me dis: continue, aussi longtemps que tu peux! Je veux encore découvrir, tenter de nouvelles expériences, appréhender de nouveaux styles musicaux (jazz, musique classique...) venus d'autres pays, afin de faire la meilleure musique possible et d'être sûr que je touche autant de personnes que je le souhaite.

(article paru dans le journal aufait - mai 2009)

Publié dans Articles

Commenter cet article